jeudi 28 février 2008

Les commentaires de Jean-Yves d'Auroville

Qu'est ce que l'approche intégrale ?

Une approche intégrale chercherait à donner sa place à chaque chose dans sa relation aux autres et au tout. C’est dire qu’elle ne saurait être exclusive : rien ne peut être rejeté mais tout aussi doit accepter d’être intégré et devenir intégrable. L’approche intégrale est donc étroitement liée à la possibilité d’une démarche synthétique. L’athéisme et le spiritualisme s’opposent, par exemple, mais on peut trouver en chacun d’entre eux, également, une exigence de vérité, qui est leur base commune, où ils peuvent se retrouver ; mais cela implique que chacun renonce à ses formes et croyances exclusives pour ne garder que cette exigeante recherche du vrai.

Souvent, la Vérité se présente de manière exclusive, alors qu’elle n’est vraie que dans la mesure de sa capacité à inclure. Ainsi nous devons parier que chaque chose est l’expression fragmentaire d’une vérité qui est toujours au-delà de ses expressions, mêmes les plus vastes. Sur cette base on peut se parler parce que nul ne peut plus se présenter comme le détenteur exclusif du vrai.

Je pense que c’est la conclusion à laquelle la pratique d’une pensée de plus en plus intuitive peut nous amener, car si l’intellect peut se considérer comme l’auteur des pensées qu’il manufacture, dès lors qu’il perçoit qu’elles proviennent d’une source plus vaste il ne peut qu’être frappé par l’imperfection fragmentaire de ses formulations. D’où la nécessité d’être plusieurs à rechercher le vrai, car nous avons besoin d’inclure tout ce que nous avons oublié.

La rencontre de l'Est de l'Ouest, l'intégration de la pensée occidentale et asiatique

L’Est et l’Ouest se rencontrent aujourd’hui sur la base d’une divergence morphogénétique : l’un a saisi le ciel et perdu la terre, l’autre a cru saisir la terre et a perdu le ciel. Ce faisant, deux types de civilisations ont pris forme. Chacune présente de vastes récoltes et Il faut reconnaître l’égale validité des deux chemins mais aussi leur égale incomplétude.

Le monde est entré dans un processus d’unification organique qui va, à un moment ou à un autre, déboucher sur la question de l’unification des normes, des politiques et donc des valeurs et d’un projet de développement qui soit commun à toutes les cultures, qui soit capable de les prendre toutes en compte. Dans ce travail, la France et l’Inde pourraient montrer la voie en travaillant ensemble à un projet mondial du développement humain. C’est là que la question de l’intégration de l’Ouest et de l’Est pourrait trouver ses premières formes. Les administrations étant ce qu’elles sont, on ne peut en attendre grand-chose. Les institutions universitaires sont aussi très sclérosées. C’est dans le monde de l’entreprise et de l’innovation managériale ainsi que dans le monde associatif que l’on pourrait peut-être trouver la réponse la plus dynamique.

Quant à l’intégration elle-même des deux cultures, il semble que la science occidentale n’ait finalement fait que reformuler la connaissance asiatique ancienne, mais avec un gain extraordinaire dans la connaissance détaillée des processus et la perception de la complexité.

L'intégration Corps, Ames, Esprit et les différentes formes d'intelligence : intellectuelle, émotionnelle, spirituelle, etc.

Quel est l’élément intégrateur et quelle est sa relation avec les autres éléments ? Dans la psychologie indienne, telle que Sri Aurobindo l’a reformulée, il y a l’âme et sa projection sur la nature extérieures où elle se forme comme âme de connaissance, de pouvoir, d’harmonie et de perfection.

Cette âme est aussi le siège d’une flamme ascendante, le feu sacrificiel des anciennes écritures : on devient cela à quoi on se donne. Si l’on sacrifie à la musique, on devient musicien, si l’on sacrifie à la science, on devient scientifique : quelque chose prend naissance en nous, s’établit, crée ses formes caractéristiques. Il s’agit d’un processus de devenir de soi. Tel devrait être le but de l’éducation mais aussi de la société : l’ouverture, pour le plus grand nombre, des différents chemins d’un devenir de soi, d’une découverte et d’un perfectionnement constants. Les mots « croissance » et « développement » pourraient alors trouver leur vrai sens.

Intégration et évolution des différents systèmes de représentation

Quelle est la méthode de la pensée synthétique ? « Pensée c’est dire non » disait Alain. Ce qui me frappe chez Sri Aurobindo c’est qu’il s’agit d’une pensée qui dit « oui » à chaque chose mais qui n’accepte pas les limites par lesquelles elle se définit. La synthèse détruit l’étroitesse exclusive des représentations pour s’emparer de la vérité qu’elles recèlent et les ajouter à son trésor d’une connaissance vaste en cours de constitution. Ainsi, lorsque Sri Aurobindo se saisit des fondements de la culture indienne, il détruit les murs de l’orthodoxie dans lesquelles elle s’était emprisonnée ; il ne s’intéresse qu’à leur universalité et leur capacité à devenir à nouveau créateurs de nouvelles formes. Il fait de même avec l’Occident.

« L’universalité, c’est le local moins les murs » disait l’écrivain portugais Miguel Torga. Mais les murs ce sont aussi les formes et l’on s’attache aux formes et aux formules. Il y a là un travail de renoncement nécessaire et difficile : comment renoncer à ce que l’on croit vrai ? Il ne s’agit pas de passer des compromis mais de trouver le lieu où les points de vue qui semblent s’opposer s’avèrent complémentaires et nécessaires l’un à l’autre. Elucider les méthodes de l’approche synthétique et les généraliser serait l’une des priorités d’une Université intégrale.

Ce qu’il y a de frappant dans l’ordre dominant actuel, c’est que nous sommes régis par des signes institués: le diplôme est le signe de la connaissance, l’argent le signe de la richesse, l’Etat le signe de la volonté générale ou de la nation et le PIB le signe du développement. Ils ont bien évidemment une connivence car ils peuvent s’échanger entre eux. Or ils mentent et c’est bien là le problème. En les prenant pour vrai, on se ment à soi-même quant à la réalité que ces choses prétendent représenter. Le fait qu’Auroville se veuille « au service de la Vérité » nous conduit nécessairement à l’impossibilité d’instituer aucun signe, car la vérité ne peut pas être instituée sans commencer à prétendre et cesser par là d’être vraie. Cela touche tous les rôles et toutes les représentations, toutes les médiations, tout ordre qui cherche à s’instituer.

Education, Economie, Management, Politique, Santé, Etc.

Education, économie et gouvernance sont étroitement imbriquées car ils sont la manifestation différenciée d’un même paradigme. Dans la société actuelle, l’économie domine et détermine les formes des deux autres. L’école s’est subordonnée en grande partie à l’objectif d’employabilité et l’Etat a renoncé à faire davantage qu’à rendre le marché supportable en gommant, par la redistribution, les excès d’inégalités qu’il génère naturellement.

Une société dont l’objectif est l’accès du plus grand nombre aux produits désirables et, par conséquent, au pouvoir d’achat, subordonne le travail à la recherche d’une rémunération, et l’éducation à l’obtention d’un diplôme qualifiant.

A Auroville, nous avons fait le pari d’inverser le processus : le but n’est pas de consommer mais de trouver une activité par laquelle le développement de soi peut se poursuivre en relation avec les autres. Pour cela, il faut que le travail soit libéré de la contrainte d’assurer la survie. Les produits et services de base sont donc fournis et la vie peut se réorienter vers un processus de croissance qualitative, d’éducation permanente et de progrès constant. Le résultat de ce pari est une créativité et une productivité accrues, bien qu’ils ne soient les objectifs visés, mais aussi une vie beaucoup plus simple, désencombrée de beaucoup d’artifices. La croissance quantitative réduite à un minimum (une vie simple et harmonieuse) libère la croissance qualitative, la riche complexité du devenir de soi et de tous. Ce modèle ne peut fonctionner que dans la mesure où il est librement choisi, où il apparaît comme la réponse à un besoin, car il exprime un choix de vie. Aucun système ne peut remplacer la nécessité de ce choix.

De même, nous avons (du moins quelques uns d’entre nous) fait le pari d’une éducation libérée de la course aux diplômes (et à l’employabilité) au bénéfice d’une éducation intégrale qui respecte la personnalité et de chacun et lui permet d’émerger et de se développer librement (ce qui ne veut pas dire sans exigence, bien au contraire). Mais cette liberté n’est pas celle de la nature instrumentale, c’est, plus profondément, celle de l’âme, celle dont l’âme a besoin pour trouver l’espace de son émergence.

Sur le plan de la gouvernance, les choses sont plus confuses. La Mère avait trouvé la formule de « l’anarchie divine » comme étant l’idéal pour Auroville. La question est de savoir comment l’on s’achemine vers une telle chose, comment on expérimente et comment on apprend. Il est évident que c’est le seul modèle qui ne peut pas être institué, et qu’il ne peut être découvert qu’à travers un processus expérimental d’apprentissage. Mais est-ce bien différent de ce que l’on appelle aujourd’hui « leadership de l’auto-organisation » ?

Une collectivité qui n’institue jamais la vérité dont elle vit ou qu’elle recherche peut donner l’impression d’un brouillard incertain, d’une confusion incompétente. Gardons-nous de la lire avec la grille de lecture du rationalisme cartésien, car quelque chose d’autre est en jeu qui ne peut ni prétendre ni promettre, celle d’une authenticité qui se cherche et qui refuse de renoncer à elle-même au profit d’une représentation incomplète, voire falsifiante et usurpatrice.

Education, économie et gouvernance forment un système cohérent et l’on ne peut changer l’une sans changer les autres. Si le projet social est d’accéder aux biens et services, alors tout doit se subordonner à la recherche des moyens de paiement. Si le projet est le développement de l’homme, c’est-à-dire de la conscience dans l’homme, alors l’éducation est mise au centre et le travail lui-même trouve une fonction nouvelle : les hommes travaillent pour progresser et grandir ensemble tout en faisant progresser et grandir le monde dont ils font partie. Alors l’aventure humaine, celle de la découverte et de la perfection de soi, pourra-t-elle vraiment commencer.

Marc Fleuriet, participant à la première journée de l'Université Intégrale

Autodidacte, je suis passionné par la Vie et spécialement par l'évolution de la conscience.

En 1997, j'ai commencé une démarche d'évolution globale de mon Être en m'intéressant d'abord à l'aspect physique avec l'alimentation vivante et la Naturopathie. Puis j'ai complété ma démarche en intégrant successivement les autres aspects avec d'autres outils comme le Yoga, la méditation, la Communication Non-Violente ou la loi de l'attraction ...

C'est en approfondissant ces différentes approches ensemble et en comprenant ce qui les relient toutes que j'en suis venu à une vision intégrale de l'évolution.

Pour partager mon expérience de cette approche et contribuer plus efficacement à l'éveil global de la conscience, j'ai cocréé en 2007 l'association Terre de Conscience.

Aujourd'hui, je me définis comme un intégrateur de l'éveil de la conscience au niveau individuel et collectif en facilitant la mise en œuvre du processus de l'évolution.

Je souhaite me relier à d'autres pour créer et diffuser les moyens et les outils concrets permettant à chacun d'incarner son plein potentiel.

Marine RAULIN, participante à la première journée de l'Université Intégrale

Je suis parisienne, mère de 3 grands garçons, j'ai 47 ans. Je travaille dans la décoration ( carrelage )

Je m'intéresse depuis de nombreuses années aux problèmes d'écologie

Je suis également très sensible à ce qui touche à la psychologie

Plus récemment, j'ai beaucoup investigué sur le développement personnel, la spiritualité et le développement de conscience à travers des lectures, conférence, groupe de paroles et formations

D'esprit scientifique et artistique, les investigations actuelles sur le passé et le futur sont un sujet d'intérêt actuel.

Michel Leray, participant à la première journé de l'Université Intégrale

De nationalité franco-australienne, né et élevé en Australie, éduqué en France et aux USA, ayant vécu sur les cinq continents dès 20 ans, un premier contact marquant avec la culture chinoise a lieu à l'age de 12 ans, qui se manifestera par un goût prononcé pour la culture asiatique en général et chinoise en particulier et une une prise de conscience précoce des similitudes et des différences des diverses cultures dans lesquelles il fut immergé.

Michel Leray est établi en Asie depuis 1986. Il y opère comme conseil en organisation depuis 1983 et coach en management interculturel depuis 1999 après un parcours d'entrepreneur et de cadre dirigeant au sein de grands groupes d'investissement européens et taiwanais en Asie et en Europe.

Il est fondateur et Directeur Général d'EuroPacific Management.

Diplômé de mandarin de l'INALCO et de gestion de l'Institut d'Economie et de Management de Nantes, il pratique couramment l'anglais, le français et le mandarin.

Contributions:

Interventions aupres d'organismes privés et para-publics, Taiwan

Emission televisee de 2x 1heure sur le theme de culture et affaires, Scholar TV channel, Taipei

mercredi 27 février 2008

Stefane Yordamian, participant à la première journée de l'Université Intégrale

Né à Paris 21/11/1933

Formation:

Bac Math Elem Lycée Français de Madrid

Licence es Sciences Faculté de Bordeaux

Doctorat Sciences Faculté Pierre et Marie Curie de Paris

Lieutenant de réserve

Activités: Recherche Sciences exactes et Sciences Humaines

Membre d'associations: TMI , Amis J Cocteau, Allegro Molto, Terpsichore, Forum du Futur.

Pratique régulière du Taï Chi Chuan

Justine Caulliez, participante à la première journée de l'Université Intégrale

Cadre en stratégie commerciale dans une multinationale pendant 4 ans, j'ai décidé, après un chemin de développement personnel selon diverses approches, de me mettre au service d'un éveil de conscience individuel et collectif afin de créer de la valeur globale dans la société.

Personnellement, je pratique au quotidien la Communication Consciente* et les états d'expansion de conscience dont la Méditation, et le Kundalini Yoga, que je transmets, au sein de l'association Terre de Conscience.

En parallèle, je créé et anime des stages de Développement Personnel Global et suis Coach de Vie** afin d'aider chacun à mettre sa vie en lien avec ses aspirations profondes de manière à réaliser son plein potentiel.

Récemment initiée au concept d'Intelligence Collective incluant Conscience et Sagesse***, je souhaite accompagner les entreprises dans cette démarche.

* selon l'approche CNV de Marshall Rosenberg

** certifiée de Lunion Formation

*** selon Jean François Noubel


pour plus d'informations :

http://terredeconscience.blogspot.com

http://bien-etre-et-evolution.blogspot.com/


Chers tous,


Comme vous, nous sommes passionnés par l'évolution de l'être, étonnés chaque jour de découvrir un peu plus la vie en nous et autour de nous, et engagés à être des acteurs de l'évolution globale.


Comment soutenir votre implication en tant que pionniers créateurs d'un monde plus conscient?

Comment réconcilier votre épanouissement personnel avec un changement plus global?

Quels sont les facteurs qui contribuent à cette évolution?


Les journées intégrales sont là pour vous donner des clés et vous permettre de faire l'expérience d'outils puissants afin de vous positionner pour passer à l'action en vue de votre épanouissement le plus complet et de votre implication pour créer le monde dans le lequel vous voulez vivre.

Ces journées sont construites afin d'aborder chaque fois un plan d'évolution, que ce soit le corps, le coeur, le mental, l'esprit, l'ombre, la lumière et une journée spéciale sur votre projet de vie personnel et/ou collectif.

Parce que la transformation passe par un changement de croyances, et donc d'habitudes, nous vous proposons à la fin de chaque journée d'approfondir la compréhension de ce plan d'évolution en vous engageant à expérimenter un des outils proposés pendant une période de 40 jours. Lors de la journée suivante, un moment sera proposé pour transmettre aux personnes rassemblées le fruit de votre expérimentation personnelle et permettre ainsi à la communauté apprenante d'évoluer en synergie.


Voici le programme des journées intégrales et des approches proposées par Terre de Conscience sur 2008-2009.

2 novembre 2008: CORPS: Alimentation vivante, Yoga, Soins du corps

14 décembre 2008: COEUR: Communication, émotions et relations

25 janvier 2009: ESPRIT: Centrage, présence, Expansion de conscience

22 février 2009: MENTAL: Approche intégrale et évolution globale

19 avril 2009: OMBRE: Libération des émotions et des croyances

31 mai 2009: LUMIERE: Arts de la célébration et de la gratitude

5 juillet 2009: PROJET DE VIE: Loi d'attraction, coaching intégral de l'Etre

12 au 18 juillet 2009: STAGE EN APPROCHE INTEGRALE


Ces journées sont le fruit de notre expérimentation des outils proposés, issus de différentes approches, et de notre travail de synthèse dans une vision intégrale. Si nous vous proposons de les découvrir et de les pratiquer, c'est parce que nous sommes convaincus de leur efficacité et leur pertinence dans le cadre de l'émergence d'une plus grande conscience individuelle et collective.


Durant cette première journée sur le CORPS le 2 novembre 2008, nous partirons à la découverte de cet ami intime, afin de lui apporter l'attention qui lui permettra de libérer son potentiel, et de le mettre au service de l'évolution. Le corps, c'est la base, le fondement de notre transformation. Apprendre à développer et canaliser son énergie est essentiel afin de pouvoir agir.

En pièce jointe, nous vous proposons de découvrir le déroulé en détail de la journée CORPS, ainsi que les modalités pratiques et d'inscription. 

Le nombre de places est limité et les inscriptions seront closes mardi 28 octobre prochain.


Nous vous remercions pour votre accueil et sommes d'ores et déjà ravis de vous retrouver le 2 novembre 2008.


Justine Caulliez et Marc Fleuriet

Coach et formateurs en approche intégrale


Linda Vignac, participante à la première journée de l'Université Intégrale

Franco-américaine, pédagogue et formatrice de formateurs, je suis spécialiste en Communication et Management Interculturels chez Langues et Entreprises, l’un des leaders dans la formation continue où je travaille avec une équipe de plus de 35 nationalités. Je crée d’outils et de programmes pédagogiques, des supports et des méthodes pour les formations à l’interculturel et je participe à de nombreux séminaires et colloques internationaux.


Je suis également co-auteur avec Silvia Costanzo
du livre "Galaxias interculturales. Mundos para armar" (Santillana, Buenos Aires, 2003) et professeur à l’université virtuelle Cem/Punto Seguido sur la pédagogie interculturelle.

Ryzlaine Ben Abbes, participante à la première journée de l'Université Intégrale


Marocaine, ayant grandi dans différents lieux autour de la Méditerranée, je suis venue en France pour mes études de médecine et je n'en suis plus partie.

Passionnée par l'humain et les mystères de son fonctionnement, je me suis très vite orientée vers la médecine chinoise et la psychologie pour en faire les bases de mon activité.

Au fil des ans et de mes recherches personnelles, ma pratique s'est focalisée sur l'intégration des différents aspects de l'être, à travers des outils d'"information", plus que d'intervention : la parole, bien sûr, mais aussi la couleur, la lumière, l'émotion ...

Convaincue qu'il est de nos jours beaucoup plus important "d'entraîner les consciences" que de soigner les symptômes, j'ai pris il y a un an un temps de pause pour redéfinir mon activité dans ce sens et lui trouver une forme adaptée.

mardi 26 février 2008

Brian Van der Horst, participant à la première journée de l'Université Intégrale

Brian Van der Horst est consultant et coach américain depuis 1978, et enseignant PNL depuis 1984. Il était Chief Facilitator, Europe pour L’Instut Intégrale de Ken Wilber depuis 2000, donc il maintenant serve sur la Conseil D’administration, et également pour Integral Europe.

En Europe depuis une vingtaine d'années, il a co-crée Repère (Paris 75), l'institut d'enseignement où il forme et certifié plus de 7000 praticiens, maîtres praticiens, coachs et enseignants de PNL. Par ailleurs ses connaissances et son savoir faire sont reconnu dans les entreprises en générale et dans la psycho-neuro-immunologie et la communication inter-culturelle en particulier.

Il a été directeur du "Neuro-Linguistic Programming Center for Advanced Studies" à San Francisco, et consultant au Stanford Research Institute pour le "Values and Lifestyles Program of the Strategic Environments Group". Ses parutions se trouvent chez son site : www.bvdh.com


Jean Valayer, participant à la première journée de l'Université Intégrale

Ingénieur, j'ai toujours été fasciné par les problèmes "intractables", d'abord chercheur (mécanique des sols), puis cadre supérieur en pétro-chimie multinationale (R&D et business line en France, USA, Belgique, G-B).

Comment "calculer" la fondation d'un gratte-ciel sans connaitre chaque grain de terre? Stimuler la créativité d'une équipe multi-culturelle implantée de part et d'autre de l'Atlantique? "Gérer" un litige de propriété intellectuelle ? Dans quel but?

Ensuite, 8 ans, retiré du monde, j'ai réfléchi avec Monique, mon épouse maintenant décédée, sur l'identité (individuelle, collective), ses attributs, ses appétits de créativité et de communication, tout en effectuant quelques "due diligence" en biotechnologie pour une de mes filles.

Avec un groupe d'ingénieurs, industriels, biologistes et environnementalistes basé à Bruxelles et un post-doc aux USA, j'aide maintenant à donner vie à plusieurs projets associant la biologie et la société à la science de l'information et à la durabilité.

lundi 25 février 2008

Chris Peytier, participant à la première journée de l'Université Intégrale

Ayant passé les deux tiers de sa vie à l'étranger, entre l'Afrique, l'Asie, L'Amérique latine et les USA, Chris Peytier mène une double carrière. D'une part, il a créé et dirigé plusieurs filiales d'entreprises américaines de logiciel, notamment en France, au Japon et au Portugal. Il a pu s'enrichir des différences culturelles mais aussi des similitudes entre les collaborateurs d'entreprise au cours des 25 ans passés, dans plus d'une quinzaine de pays.

D'autre part, il est un pratiquant d'arts martiaux reconnu internationalement et fondateur de l'association Sanjukan, école d'Aikido et de Tai Chi Chuan à Lisbonne. En 2007 il a animé des stages de pratique en Israel, au Brésil, en Californie et en Ecosse.

Il a également été formé au Shiatsu à l'Acupressure Institute de Berkeley, en Californie


Gabriele Eibner, participante à la première journée de l'Université Intégrale

Fort d’un diplôme de « l’Akademie für Welthandel » Gabriele Eibner quitte l’Allemagne pour s’installer à Paris en 1983. Autodidacte, elle travaille en tant que relation publique en charge des médias internationaux dans des musées nationaux et des galeries d’art contemporain.

En 1988 elle rejoint deux hommes d’affaires pour monter et pour diriger l’agence éditoriale Crayon Noir. En 1994 elle intègre le Marketing International de la société Parfums Givenchy. En 2000, la société Dog Generation lui offre la possibilité de s’épanouir dans le montage opérationnel et de la gestion de cette structure. En 2005 elle accepte une mission de développement et de lancement mondial du parfum Everlast.

La recherche personnelle à travers les écrits de C.G. Jung et de ses disciples, différentes formes thérapeutiques ainsi que l’étude de textes sacrés et philosophique lui ont permis de se développer individuellement. Les expériences professionnelles très riche et variés dans des structures de taille très différentes mis en balance avec une quête personnelle de « sens» la mettent devant un véritable choix de vie. Comment partager avec le plus grand nombre les bienfaits de la découverte de soi pour une harmonie collective ? En 2006 elle envisage d’abord la création d’une école de management/coaching mais se rend vite compte que le besoin se situe plus en profondeur. Elle décide alors de s’investir dans une action pour la reconnaissance des valeurs féminines dans l’entreprise et fonde la Leadership Women Association. «C’est l’équilibre entre l’intellect et l’émotion, entre valeurs masculines et valeurs féminines qui détermine l’épanouissement et donc la performance individuellement et collective.» Cette association se comprend comme une plate-forme qui fédère les compétences qui œuvrent pour l’humanisme dans tous les aspects de notre société au travers de leurs spécificités.

www.l-w-a.com


Charlotte de Silguy, Membre du comité organisateur de la première journée de l'Université Intégrale

Charlotte de Silguy est une passionnée des cultures très différentes, des logiques autres et des mystères en tout genre.

Elle a d’ailleurs fait ses études à l’Institut des Langues et Civilisations Orientales, en se spécialisant pour la Culture Chinoise. Elle a travaillé quelques années à Taiwan et à Pékin, et a voyagé dans une trentaine de pays dont une douzaine en Asie.

Travaillant actuellement dans un grand groupe industriel français sur le thème du développement durable, elle développe en parallèle plusieurs autres activités en lien avec ses passions et convictions.

Récemment nommée vice présidente du Club de Budapest, elle est diplômée de médecine chinoise et fondatrice des « petits dragons de wulong », association d’aide à la scolarisation d’enfants défavorisés d’une région particulièrement pauvre du Sichuan (à l’Ouest de la Chine).

Elle s’intéresse aussi de près à la psychothérapie, convaincue que pour bâtir une belle cathédrale de l’humanité, il est nécessaire que chaque pierre soit préalablement bien taillée.

« Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux » est l’une de ses devises préférée.

C’est pour cela qu’elle voyage beaucoup à l’intérieur d’elle-même autant que sur cette petite planète.

Fascinée par l’extraordinaire intelligence de la Vie sur terre, son plus grand souhait, qui l’anime en permanence, est de comprendre comment fonctionne le monde et l’univers, quel est le rôle et l’intérêt des épreuves individuelles et collectives, à quoi sert concrètement l’expérience de la vie sur terre, à quoi ressemble l’unité primordiale, la lumière originelle…

La philosophie taoïste et la Kabbale la passionnent et lui apportent quelques éléments de réponse en parallèle de ses expériences de vie dans la civilisation terrienne.

Elle est en quête permanente pour tenter de découvrir tous les mystères de la vie, vie qu'elle trouve absolument magique aux sens propre et figuré !


samedi 23 février 2008

Le projet d'Université Intégrale par Michel Saloff-Coste

Ecouter,  dans une brève vidéo, la présentation du projet de l'Université Intégrale par Michel Saloff-Coste en Janvier 2008 au comité exécutif du Club de Budapest France :






Vidéo sur la fondation de l' Université Intégrale le 28 Février 2008





Bilan et réflexion sur le futur de l'UI par Michel Saloff Coste
le Dimanche 7 Mars 2010

Chers amis,

Nous avons ces dix derniers mois fait un petit bilan rétrospectif de ces deux premières années de l’Université Intégrale. Ce document de deux pages en français a servi de base à un article réalisé par Michel Nguyen The en français pour le blog de l’Université Intégrale et en anglais pour la revue Integral Leadership Review qui s’est fait l’écho de nos activités. Je vous conseille vivement de lire ces deux documents qui permettent de mesurer l’ampleur des sujets que nous avons explorés en deux ans ainsi que le caractère novateur de nos thématiques et de la pédagogie mise en œuvre. Rétrospectivement il apparaît que nous avons été un des premiers programmes pédagogiques en Europe à utiliser intensivement les technologies de Web 2.0, et de ce fait, nous sommes sans doute éligibles à une aide de l’Europe. Une possibilité qu’il faudrait explorer. André Jean Marc Loechel (Territories of Tomorrow), qui m’a sensibilisé sur cette question, est prêt à nous aider dans cette démarche.

La question essentielle qui se pose aujourd’hui est l’orientation générale de l’Université Intégrale ces prochaines années. C’est une question que j’ai été amené à aborder avec beaucoup d’entre vous lors de multiples occasions, et sous des angles différents. J’aimerais ici structurer l’ensemble du travail effectué dans ce domaine afin de pouvoir clarifier le débat et que nous puissions l’enrichir en intelligence collective. Le document de synthèse sur les deux années passées se terminait par une ouverture sur le futur qui était une première tentative de clarifier un certain nombre de points déjà débattus.

« Le futur de l’Université Intégrale est aujourd’hui en débat. Différentes suites se dessinent, et leur réalisation dépendra des motivations des uns et des autres et des moyens que nous pourrons réunir pour le développement des projets.
Une piste en cours d’exploration consiste à développer des ateliers et des séminaires de mise en pratique permettant la réappropriation de l’approche intégrale dans la vie au quotidien.
Une deuxième piste consiste à approfondir les thématiques de recherche fondamentale pour apporter des éclairages nouveaux sur certains aspects théoriques.
Une troisième piste vise à tisser des liens avec les autres centres de recherche et d’enseignement utilisant l’approche intégrale dans le monde.
Une quatrième piste pose la question de l’accessibilité et de la diffusion de l’approche intégrale à un plus grand nombre.
Une cinquième piste consiste en un travail de comparaison (benchmarking) des meilleures pratiques au niveau international de l’approche intégrale et systémique appliquée au développement durable. »

Ces cinq pistes ne sont pas exclusives les unes des autres. Elles sont bien au contraire complémentaires mais chacune d’elles est très ambitieuse et demande la constitution d’une équipe plus particulièrement intéressée à l’approfondir. Il serait intéressant de connaître les affinités des uns et des autres et le degré d’engagement possible de chacun.

Par ailleurs, un ensemble de thématiques apparaissent plus ou moins incontournables, et appellent un approfondissement. J’en ai fait une liste qui peut servir de base à nos réflexions et qu’il faudrait ordonner :

1)    Santé et bien-être intégral
2)    Echange, économie et monnaies
3)    Entreprises et organisations intégrales
4)    Conseil et coaching intégral
5)    Science, art et spiritualité intégrale
6)    Peuples premiers et vision intégrale
7)    Le Kosmos dans une vision intégrale et les possibles vies extra-terrestres et supra-humaines
8)    Les technologies intégrales
9)    Les jeux intégraux
10) Urbanisme, architecture et décoration intégrale
11) Le cinéma intégral
12) Le roman intégral
13) La famille intégrale
14) La relation à l’autre, le couple, la sexualité intégrale
15) La mode et l’habillement intégral
16) La politique intégrale
17) Le yoga, la méditation et le développement personnel intégral
18) Histoire, évolution et systèmes de valeurs d’un point de vue intégral

Cette liste est non exhaustive et il est intéressant de la compléter même s’il est évident qu’il va nous falloir des années pour traiter tous ces sujets. Par ailleurs, un certain nombre des journées inaugurales sont par nature susceptibles d’être reconduites tous les ans ou tous les deux ans : la première journée sur l’approche intégrale en général peut donner lieu chaque année à une journée d’introduction pour les néophytes par exemple. Cela est vrai aussi pour la thématique « Comment intégrer l’approche intégrale ? ». Les quatre autres thématiques, l’éducation, la crise, le développement durable, et les civilisations du futur, pourraient donner lieu à des actualisations périodiques, par exemple tous les deux ans.

Il serait aussi intéressant de consacrer des journées entières à l’approfondissement d’un auteur, d’un concept ou par exemple d’un lieu qui a marqué particulièrement le développement de l’approche intégrale.

L’approche intégrale étant par définition transdisciplinaire, les thématiques à traiter foisonnent. Il est d’autant plus nécessaire, compte tenu de nos ressources et notre temps limité, de définir un axe de recherche central qui nous permette, au-delà du zapping culturel (nécessaire pour explorer les différentes facettes de la problématique intégrale), de nous concentrer sur quelques sujets où nous serions susceptibles d’apporter des éclairages nouveaux. Une proposition serait d’approfondir la problématique plus particulière du « développement durable intégral ». Plusieurs considérations nous font converger vers cette idée particulière. Historiquement, le diagnostic effectué par le club de Rome et répété et approfondi à plusieurs reprises dans les différents livres d’Ervin Laszlo amène de manière impérative la problématique du développement durable. Les enjeux de développement durable sont devenus en quelques années des sujets incontournables largement partagés par la société civile. Répéter sans cesse le diagnostic de la catastrophe annoncée n’est pas d’une grande valeur ajoutée. Par contre, le « développement durable » tel qu’il est aujourd’hui envisagé, par les entreprises, les politiques, et la plupart des ONGs, est une vision relativement superficielle, et participe bien souvent d’une tentative de green-washing alimentant une nouvelle pensée unique unidimensionnelle et factice.

Approfondir la thématique du développement durable intégral nous permettrait d’attirer l’attention sur ce qui est peut-être la véritable valeur ajoutée du Club de Budapest et de l’Université Intégrale : la remise en cause des modes de pensée mécanistes et la nécessaire émergence d’une nouvelle culture systémique et intégrale et donc d’une nouvelle civilisation basée sur nouvelle approche de la science, de l’art et de la spiritualité.

Cela m’amène à partager avec vous quelques réflexions sur l’actualité de ces deux dernières années.

Il faut bien mesurer les forces en présence. Une grande majorité de citoyens, y compris au plus haut niveau de décisions, restent enfermés dans le déni de la crise systémique, économique, sociale et écologique à laquelle nous sommes confrontés. Ils sont convaincus que le système actuel pourra se perpétrer moyennant quelques adaptations à la marge. Le rapport Stern notamment est une tentative remarquable pour adapter le système existant au défi actuel.

Une minorité, au contraire, est aujourd’hui pleinement convaincue de la nécessité d’une transformation en profondeur et d’un changement de paradigme. Edgar Morin, Joseph Stiglitz, Ervin Laszlo, Thierry Gaudin, sont de bons exemples de personnalités qui font ce diagnostic. Cependant, il faut bien constater qu’ils sont en général difficilement compris par la majorité et d’une certaine manière rejetés et marginalisés.

Beaucoup d’énergie est investie dans ce débat qui met en scène toutes les formes de résistance au changement et les combats sous-jacents plus profonds qui sont essentiellement épistémologiques : passage d’un mode de pensée mécaniste et scientiste à un mode de pensée systémique et intégral. Cette guerre épistémologique est sous-jacente à beaucoup de débats qui traversent tout le XXème siècle. Nous sommes déjà en 2010, et si la crise a jeté de l’huile sur le feu de ce débat, les clivages restent plus que jamais présents.

Dans ce contexte, il est intéressant d’analyser les différentes propositions politiques en termes de développement durable : la droite reste attachée à la relance par l’économie, la gauche à la relance keynésienne par le social, et Europe Ecologie met l’emphase sur différentes mesures spécifiquement écologiques. Tous sont enfermés dans une vision mécaniste et partielle du problème, et n’arrivent justement pas à penser un véritable développement durable qui allierait de manière systémique économie, social et écologie. Dans une grande mesure, cela est dû à leur enracinement historique et monolithique dans une vision unidimensionnelle et archaïque pour la droite de l’économie, pour la gauche du social, et pour les écologistes de l’écologie.

Europe-Ecologie, à travers les discours qu’ils ont tenus à l’arche de la Défense le samedi 13 février 2010 est le parti qui sans aucun doute analyse le plus en profondeur la crise actuelle. Voir dans ce domaine l’analyse économique et sociale de l’ancien président de la Banque Mondiale et Prix Nobel, Joseph Stiglitz. Mes analyses convergent avec son analyse. Cependant, même s’il y a un appel incantatoire à la construction d’une nouvelle civilisation sur de nouvelles bases, cette nouvelle civilisation et ces nouvelles bases restent encore mal dessinées et apparaissent peu dans les propositions d’Europe-Ecologie en tant que parti politique.

Tant qu’une vision claire, opérationnelle et pragmatique de la « nouvelle civilisation » appelée de tous leurs vœux par Edgar Morin, Ervin Laszlo et Thierry Gaudin n’est pas explicitée, il me semble que nous continuerons à perdre beaucoup d’énergie dans des combats d’arrière-garde qui, finalement, précipitent dans le désespoir la plus grande partie de l’humanité qui a, surtout, le sentiment que son avenir s’obscurcit, toujours un peu plus.

Construire une vision détaillée de la civilisation du futur et de ce qu’est un développement durable véritablement intégral me semble être la mission tout à fait particulière à laquelle nous devons nous atteler. Le Club de Budapest au niveau mondial a une légitimité historique dans ce domaine car il est la seule ONG au niveau international à avoir depuis 30 ans, non seulement fait le diagnostic de manière remarquable de la crise que nous traversons, mais surtout d’avoir replacé cette analyse dans un contexte systémique et intégral, ce qui est tout à fait particulier et unique.

La psychologie a montré (Elisabeth Kübler-Ross) que face à n’importe quelle annonce qui nous bouleverse, nous traversons tous quatre phases :
1)    Le déni,
2)    L’acceptation,
3)    L’exploration,
4)    La reconstruction

Beaucoup d’énergie est toujours perdue dans la phase intermédiaire entre déni et acceptation.

Le combat intérieur est parfois tellement fort qu’il consume toute l’énergie vitale et rend impossible la renaissance. C’est le danger de cette phase intermédiaire.

La force d’une vision positive et constructive est ce qui permet aux individus et aux groupes de traverser plus facilement cette transition. Il me semble essentiel aujourd’hui de construire des briques susceptibles de redonner l’espoir à l’humanité .

Michel Saloff Coste le Dimanche 7 Mars 2010

Denise Zayan, participante à la première journée de l'Université Intégrale

Née au Caire- Egypte en 1946

Entre 1958 et 1970 réside à Sao Paulo (Brésil) Depuis 1970 vit et travaille à Paris

Etudes artistiques:

  • IADÊ- Institut d'art et Décoration- Sao Paulo- 1966/1969
  • NUGRASP- Centre des graveurs de Sao Paulo- 1967/1969
  • E.P.H.E- Ecole pratique des hautes études Sociologie de l'art avec Jean Cassou- 1970/1974
  • Mémoire sur l'oeuvre d'Edvard Munch

Activités professionnelles:

  • Enseignement - gravure et dessin
  • 22 expositions personnelles en France et à l'étranger (Allemagne, Brésil, Espagne, Australie, Japon)

Publications:

  • Quelques articles sur l'estampe
  • Video (10 mn) sur la technique de la lithographie
  • 5 petits catalogues

mercredi 20 février 2008

Damien de La Fontaine, participant à la première journée de l'Université Intégrale

Ingénieur généraliste, il a conduit des projets d'industrialisation et est actuellement responsable d'un service de recherche et développement dans le domaine de la carrosserie automobile.

Amoureux de la terre et de ses animaux, de ces paysages fabuleux des glaciers de Patagonie, aux rizières de Bali, il aimerait que l'Homme trouve sa place dans ce joyau en se préservant mutuellement durablement. Plus d'Intelligence Collective aidera certainement à répondre à cette attente. Il est convaincu depuis l'age de 13 ans par une pratique au quotidien de la méthode vittoz qu'il y a une interaction forte entre le corps et l'esprit. Il est assidu des soirées du Club de Budapest depuis plusieurs années.

Un de ses livres de chevet : Les 7 lois spirituelles du succès. Il vibre sur les pianistes romantiques : Chopin, Rachmaninov, Scriabine.

Faites lui plaisir en lui faisant découvrir des recettes de bonne cuisine végétarienne élaborée avec des produits frais et bio.

mardi 19 février 2008

Qu'est-ce que l'intégration ?

Intégration: une première approche

L'un des processus les plus fondamentaux dans les systèmes intelligents, des individus aux sociétés, est la façon dont sont traités les concepts divergents ou contradictoires. Rares sont les situations où les objectifs internes sont atteints en douceur dans l'environnement existant. Ses propres projets sont toujours à un plus ou moins grand degré incompatibles avec des limites, des possibilités, des attentes et des projets (externes) de l'environnement. C'est le conflit de l'existence le plus le plus fondamental. Ce conflit existe aussi bien dans des faits (des projets, des structures, des interactions) que dans des concepts (incongruences internes et externes entre des cadres conceptuels).

Il y a en général trois façons de résoudre ces conflits et incongruences: la sélection, le compromis et l'intégration.

Il y a longtemps que les limites des deux premières sont devenues patentes, mais la troisième continue à mystifier nombre de personnes, nous nous efforcerons donc de la rendre ici plus abordable.

Pour lire la suite de l'article...

Isabelle Pacaud, participante à la première journée de l'Université Intégrale

Terrienne, pour mieux parcourir le monde, vivre tout au bout du monde avant de revenir en Europe après un tour du monde qui répondait à mon rêve et comme fondateur de mes réalisations en cours et à venir.

Particulièrement sensible à l'art, peinture, sculpture, photo, j'aime à transmettre et accompagner la révélation des talents de chacun.

Et puis, en chacun de nous sommeille un artiste !

J'ai choisi comme mode de vie la différence, l'éclectisme, l'interculturalité.

Carine Dartiguepeyrou, intervenante à la première journée de l'Université Intégrale

Carine Dartiguepeyrou a fait ses études à la Sorbonne (doctorat en sciences politiques), à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris et à la London School of Economics.
Depuis 1991, elle mène une carrière de conseil en stratégie qui l'a conduite à travailler successivement dans les institutions suivantes : Bain & Company (Varsovie, Moscou), Central Europe Trust Co. Ltd (Londres) dirigé par l'ancien Ministre britannique des Finances Nigel Lawson, MSC ET ASSOCIES (Paris) et à présent Kea & Partners. Elle travaille auprès des directions générales de grands groupes et d'institutions internationales sur des missions d’élaboration de la vision et de stratégie de développement. Elle est également membre du jury d’évaluation des programmes de recherche Marie Curie pour les sciences sociales et économiques et intervient en tant que consultante auprès de la Commission européenne.
Elle est l'auteur d'un guide d'investissement Investir en Pologne (1991) et co-auteur des livres Les Horizons du futur (2000), Le Dirigeant du 3ème Millénaire (2006), Le DRH du 3ème millénaire (2007). Elle a coordonné pour la Revue de Stratégie Agir le numéro double « Société de l’information : enjeu stratégique » qui a donné lieu à une conférence à l’Unesco en janvier 2005.
Elle est membre du groupe « Communication planétaire » de Prospective 2100, du Global Advisory Board de Ninad Consulting (Inde) et du Comité de gouvernance The Natural Step France. Elle est membre du Comité exécutif du Club de Budapest France depuis 2000 et présidente depuis début 2008.

Bénédicte Fumey, Membre du comité organisateur de la première journée de l'université Intégrale

Formation internationale, Divers Masters en économie, gestion, marketing et management, dont le MBA à Sciences-po, Paris

Membre actif depuis plus de 10 ans de divers think tanks travaillant sur les grands enjeux mondiaux et l'émergence d'une nouvelle conscience planétaire (membre du comité exécutif du Club de Budapest France ; membre du conseil de gouvernance de « The Natural Step – France », en charge du conseil sur la stratégie marketing)

Elle a travaillé plus de 15 ans à des postes de direction Européenne, dans les domaines de la vente puis le marketing stratégique de Grands groupes dans les Technologies de l'information et de la communication.

Elle a participé à plusieurs missions de consulting en management et brainstorming stratégiques pour plusieurs entreprises françaises

Expertises : Prospective et stratégie, Marketing stratégique et opérationnel, gestion du changement et mise en place d'organisation apprenante, coaching, gestion des talents et des compétence, management d'équipes en environnement difficile etc…


Ulysse Saloff-Coste, participant à la première journée de l'Université Intégrale

Ulysse Saloff-Coste est étudiant en histoire de l'art. Il est à l'origine de la création de sites internet comme celui du journal étudiant Tempo ou encore de http://art3millenary.free.fr/ qui présente des peintres contemporains.

Site personnel : http://ulysse.saloff.free.fr

lundi 11 février 2008

Programme de la 1ère journée de l’Université intégrale le 29 février 2008

8h45 - 9h00 : Accueil (démarrage à 9h00 précises)

9h00 - 9h15 : Ouverture
  • Présentation de l’ensemble de la journée par Carine Dartiguepeyrou, Présidente du Club de Budapest France

  • Présentation du projet de l’université Intégrale par Michel Saloff Coste, initiateur et fondateur du Club de Budapest en France

9h15 - 10h15 : Qu'est ce que l'approche intégrale ? Par Michel Saloff-Coste et Eric de Rochefort
  • Présentation des différentes dimensions du mouvement intégral
  • Ses principaux inspirateurs ou penseurs : Rudolf Steiner, Sri Aurobindo, Pierre Teilhard de Chardin, Edgar Morin, Ervin Laszlo (fondateur du Club de Budapest), Ken Wilber, Andrew Cohen, Rupert Sheldrake, etc.
10h15- 10h45 : Echanges, débats et co-création de savoir animé par Bruno Marion


10h45 – 11h00 : Pause

11h00 -11h15 : Qu'est-ce que l'intégration à partir d'une étude Kris Roose ? Par Eric de Rochefort


11h30- 11h30 : Echanges, débats et co-création de savoir animé par Bruno Marion

11h30 – 12h00 : Exercice d'intégration des trois niveaux : physique, émotionnelle et inspirationnelle

12h00- 13h15 : Pique-nique bio/équitable

13h15 – 14h30 :Introduction aux grandes thématiques de la conscience
  • La rencontre de l'Est de l'Ouest, l'intégration de la pensée occidentale et asiatique (Bruno Marion)

  • L’intégration féminin / masculin (Marion Peterson)
  • L'intégration Corps, Ames, Esprit et les des différentes formes d'intelligence : intellectuelle, émotionnelle, spirituelle, etc. (Michel Saloff Coste)

  • Intégration et évolution des différents systèmes de représentation (Michel Saloff Coste)
  • Le concept d'évolution créative collective et individuelle (Eric Allodi)

  • Les quatre quadrants (Eric Allodi)
  • La conscience non dualiste et expérientielle (Michel Saloff Coste)
14h30- 15h00 : Dialogues en Intelligence collective animé par Bruno Marion

15h00 - 15h30 : Pause : musique intégrale et exercice de relation à l'autre à partir de l'approche intégrale animée par Michel Saloff Coste

15h30 - 16h00 : Atelier : Exemples de l'approche intégrale dans tous les domaines avec l’ensemble des participants (travail en sous-groupe) Animée par Eric de Rochefort, Michel Saloff-Coste et Bruno Marion
  • Education, Economie, Management, Politique, Santé, Etc.
16h00 - 16h15 : Restitution de l’atelier animée par Bruno Marion

16h15 – 17h15 : Revue des lieux porteurs de l'approche intégrale par l’ensemble des participants
  • Ecoles pratiquant l’enseignement intégral, Ecoles Steiner, California Institute of Integral Studie, Esalen, Findhorm, Integral Institute de Ken Wilber, Eveil et évolution, etc.
  • Vidéo de présentation d’Auroville
17h15 - 17h20 : Pause intégrale

17h20 – 17h45 : Présentation du déroulement de l'université intégrale à venir

17h45 - 18h15 : Synthèse et conclusion de l'ensemble de la journée par Carine Dartiguepeyrou

18h15 – 18h30 : Evaluation et débriefing par Bruno Marion et Michel Saloff-Coste.

Nous proposerons entre chaque intervention une minute de silence de préparation à une véritable écoute et intégration.

UNIVERSITE INTEGRALE 1 : 29 FEVRIER 2008 PAR ULYSSE SALOFF COSTE

Date : vendredi 29 février 2008
Lieu : Forum 104 - 104 rue Vaugirard - 75006 Paris - Métro Saint-Placide ou Montparnasse
Horaires : 8h30 – 18h30
PAF : 120 € – Déjeuner pique-nique biologique / équitable inclus

Pour vous inscrire :

Veuillez envoyer un e-mail à : clubdebudapest290208@gmail.com
Le programme de la journée vous sera alors envoyé ainsi que des suggestions de lecture et les modalités de règlement.
Le nombre de places étant limité, nous prendrons les inscriptions dans l'ordre d'arrivée.

10 bourses seront octroyées par le Club de Budapest pour la participation à cette journée.
Merci d'adresser votre demande motivée à : clubdebudapest290208@gmail.com

Les concepteurs, organisateurs et intervenants de la première journée de l'Université Intégrale

Michel Saloff Coste, concepteur et organisateur
(pour en savoir plus, merci de lire les articles précédents ci-dessous)

Bruno Marion,
concepteur et organisateur
(pour en savoir plus, merci de lire les articles précédents ci-dessous)


Eric de Rocheffort, intervenant

(
pour en savoir plus, merci de lire les articles précédents ci-dessous)

Marion Peterson
,
intervenante
(
pour en savoir plus, merci de lire les articles précédents ci-dessous)

Eric Allodi, intervenant
(
pour en savoir plus, merci de lire les articles précédents ci-dessous)

Cette première journée de l'Université Intégrale est organisée par le Club de Budapest France

Eric Allodi, intervenant à la première journée de l'Université Intégrale


Président-fondateur d'EnlightenNext Paris, Eric Allodi est également directeur de la société de conseil et de prospective Integral Vision. Ingénieur, consultant international puis manager au sein de grands groupes, il s'appuie sur près de dix ans de recherches et d'expériences en matière d’intelligence collective, de méditation et d’éveil évolutif pour aider les entreprises à devenir intégrales et, plus globalement, à faire émerger un nouveau niveau de conscience et de culture.