samedi 7 février 2009

MIchel Saloff-Coste, concepteur et co-organisateur de l'Université Intégrale : préparation du 10 mars 2009

video

Intervenant : Robert Branche

 SYNTHESE DU 13 JANVIER 2009

Intervenant : Robert Branche, consultant en stratégie 

Les découvertes récentes des Neurosciences sont venues modifier en profondeur la vision du fonctionnement du cerveau et de la prise de décision :

-         Quand on conduit une voiture, la plupart du temps, on « pense à autre chose », c'est-à-dire que l'on ne conduit pas consciemment.

-        Le processus de réflexion implique une interaction entre conscient et inconscient. On peut, en simplifiant, le découper en 4 phases :
1.     Je me pose consciemment un problème,
2.     Mon système inconscient travaille pour moi,
3.     Quand « il » trouve une information qui semble correspondre à ma recherche, « il » alerte mon système conscient : c'est le flash de « l'inspiration ».

4.     Mon système conscient analyse l'idée proposée.

-        La survie de l'individu est le moteur premier du système vivant et va déclencher des processus inconscients lançant des actions correctives : immédiat si la vie est en jeu dans l'instant, moyen terme quand un dysfonctionnement peut provoquer la mort à terme (par exemple : la soif, la faim…), long terme quand la reproduction n'est plus assurée.

-       

Ainsi, l'efficacité d'un individu est largement due à des processus inconscients.

Et s'il en était de même pour l'entreprise ?

-        L'entreprise est-elle un système emboîté de conscients et inconscients successifs – ce que « voit » la Direction Générale, puis la direction d'une division, d'un pays, d'une filiale, d'un service… - ? Peut-on parler d'une neurostructure de l'entreprise ?

-        Son processus d'innovation est-il largement le résultat de processus inconscients ?

-        L'entreprise construit-elle des interprétations ? Peut-elle se déconnecter du réel et dériver ?

-        La recherche de la survie de l'entreprise (immédiat = trésorerie ; moyen terme = marketing, investissement ; long terme = acquisition, diversification, fusion…) peut-elle être le moteur du changement ?

Tel est l'objet du Neuromanagement : apporter des réponses concrètes à ces questions et montrer que, comme l'individu, une entreprise efficace est une entreprise qui sait tirer parti de ses processus inconscients.

Blog : www.neuromonde.com

 

Intervenante : Justine Caulliez

SYNTHESE DU 13 JANVIER 2009


La Pédagogie Intégrale

Intervenante : Justine Caulliez

·       Comment faciliter la compréhension, l'intégration des connaissances diffusées sur l'émergence d'une nouvelle conscience et la nécessité de changer de paradigme?

·       Qu'est ce qui peut nous aider à intégrer ces informations de manière à transformer nos vies et devenir des acteurs du changement social?

·       Quelle pédagogie intégrale effectivement utiliser dans notre Université Intégrale?

 

Bref retour sur les différentes pédagogies

(Rappel la Pédagogie, c'est l'accompagnement à l'élévation)

·       Pédagogie traditionnelle (XIX) : ce que les enfants DOIVENT apprendre

·       Pédagogie moderne (XX à aujourd'hui) : acte global de la construction de la personne. Basée sur des outils mais aussi sur une attitude de l'enseignant.  Elle se base sur un triangle : l'enseignant qui sait, l'enseignement à transmettre, l'enfant qui doit apprendre. Avec toutes les limites que cela induit : peu ou pas de créativité. Le savoir au centre…

·       Pédagogie nouvelle : la pédagogie qui inclut à la fois les modes de transmission multiples et une attitude de l'enseignant qui place l'enseigné, l'individu au centre (point de départ :  ses centres d'intérêts pour susciter l'intérêt, la curiosité). C'est une éducation globale qui intègre les dimensions mentales et artistiques, individuelle et collective.

Aujourd'hui où en sommes-nous dans l'éducation intégrale ?

C'est une approche inclusive. Le gros challenge = les faire vivre.

Qu'est-ce que cela donne ?

·       Une pédagogie active :

-        Une éducation différenciée où tout individu est point de référence et pas uniquement l'enseignant,

-        L'éducation vécue comme un projet d'où un processus de tâtonnement avec des recherches, des questions,

-        Une approche documentaire métodologie pour explorer par soi-même, développer un esprit critique

-        De l'innovation et  du constructivisme : utiliser l'environnement social et la confrontation des points de vue

-        Une pédagogie archétypale : valoriser la sensibilité de chacun,

-        Oser parler et exprimer chacun ce que nous sommes avec notre sensibilité,

-        Basé sur la pédagogie Freinet : confiance dans l'évolution et l'intelligence collective

-        Un pédagogie inspirée également de la pédagogie Montessori: avec individualisation pour suivre les rythmes de chacun. Au sein de l'université intégrale, une grande oreille collecte les frustrations, propositions...

>> La pédagogie Intégrale, c'est l'intégration de tous ces éléments pour nous aider à sentir que nous sommes acteurs de la transformation et prendre part concrêtement à l'émergence d'une nouvelle conscience.

C'est aussi une pédagogie qui vise à reconnaitre que nous sommes des êtres multi-dimensionnels et à agir sur toutes ces dimensions. C'est la pédagogie de l'expérience multi-dimensionnelles où l'information passe par le physique, l'émotionnel, le mental et le supra-mental, en prenant en compte également les dimensions masuclines et féminines. C'est un lieu où chacun est nourriture pour l'Autre.

Intervenante : Antonella VERDIANI

SYNTHESE DU 13 janvier 09

 

Education à la joie : un exemple par l'éducation intégrale dans les écoles d'Auroville (Inde)

 

Intervenant : Antonella VERDIANI

·       Architecte pour l'Unesco en Afrique sur l'Ile des Esclaves,

·       Dans le cadre de l'Unesco travaille ensuite sur les contenus éducatifs pour les réseaux d'écoles,

·       S'attache à l'éducation pour la paix et la résolution des conflits,

·       Doctorat (Paris 8) sur l'éducation intégrale en tant que pratique transdisciplinaire

 

Au départ de la démarche d'Antonella, il y a un défi personnel : établir une passerelle entre le système établi et le système à venir. Et une question : comment intégrer de nouveaux contenus dans le système établi ?

Premier axe de recherche : est-il possible d'être heureux à l'école ? Peut-on être heureux dans un lieu où le corps et les émotions sont niés ? Dans un lieu où l'on n'existe que par la performance ?

 

Premières conclusions :

·       Nécessité de la transdisciplinarité qui s'appuie sur 3 piliers :

-        Multiplicité des niveaux de réalités : il n'y a pas que notre réalité

-        Le Tiers inclus : sortir de la dualité

-        La complexité : multiplicité des défis.  Comment donner de nouveaux instruments ?

 

·       Le Sujet au centre ou transcendance du Sujet.

 

·       La joie nécessaire. Mais qu'est-ce que c'est que la joie ?

-        La joie est un état unifié. C'est « Je » en union avec. Eduquer à la joie c'est donc éduquer à être en contact avec toutes les parties de soi-même mais aussi avec les autres réalités.

-        La joie, c'est aussi l'émotionnel. C'est la relation à l'enseignant et à l'enseignement, au plaisir d'apprendre.

-        La joie comme éveil : expression d'un état stable, de béatitude intérieure.

-        L'éducation à la joie est holistique voir « holonistique » : « La loi du tout qui se rencontre dans toutes les parties » (Pierre Weil)

L'éducation, c'est donc « l'éducation à la joie » et celle-ci est intégrale : éducation physique, vitale (corps et émotions), mentale, psychique et spirituelle. Une approche développée par Ken Wilber entre autre.

 

L'expérience Auroville. Que se passe-t-il à Auroville ?

·       C'est un laboratoire continu d'expériences dans tous les domaines.

·       C'est un lieu d'éducation permanente.

·       C'est un désert reconquis par la verdure. Tout est vert aujourd'hui.

·       C'est la représentation vivante de la transdisciplinarité, le lieu des nouveautés, de la novation et de l'innovation.

·       C'est un lieu d'invention, d'indiscipline totale mais rigoureux dans l'engagement.

·       C'est un lieu de confrontation sévère entre le rêve et la réalité dans un lieu où l'Unité est le rêve à atteindre

·       C'est un lieu multiculturel, où les enfants parlent en moyenne 4 à 5 langues.

·       C'est un lieu d'incertitudes et de complétude.

 

L'enseignement à Auroville et les écoles Libre-Progrès  :

·       Relation étroite entre maître et élèves,

·       Plans d'études personnalisés par élève,

·       Pas d'examen,

·       Curiosité d'approfondir ce qui intéresse l'élève,

·       Liberté de l'élève et le maître comme guide

·       Tout est verbalisé, dit, parlé

·       L'enfant peut stopper à tout moment l'école et la reprendre

·       Possibilité de préparer les grands concours (Cambridge…) avec son professeur et grand taux de réussite,

·       Des personnes fortement engagées dans le processus.

 

Comment transposer tout cela dans notre monde ?

·       En tant que maître, que guide vers l'apprentissage, c'est d'abord reconnaître qui on a en face de soi et entrer en résonance avec l'enfant pour ainsi créer une résonance mutuelle.

·       C'est reconnaître que chaque élève est un individu et qu'il est aussi source d'enseignement pour l'enseignant.

·       Cette éducation à la joie pourrait se transposer à l'intégralité de la tâche qui revient à l'éducation :

-        au niveau macro (structures sociales, politiques éducatives). Par exemple : un tronc commun universitaire international (comme le proposent Edgar Morin ou Michel Serres)

-        au niveau micro : nourrir pour la culture de la paix, de la joie et de l'éveil.

 

Questions :

·       Pour que cela puisse exister, le rôle de l'enseignant est fondamental. Comment cela peut-il s'opérer ?

Il n'y a pas encore une réponse dans le panorama de la formation en éducation actuelle et les étapes concrètes n'existent pas encore pour cette mise en place. C'est une route qui s'ouvre. Sans doute peut-on commencer à proposer cette formation aux enseignants comme un nouvel outil.

 

·       Quel contact avec les banlieues où l'on est à l'opposé de la sérénité et de la joie ? Ce pourrait être des lieux de travail extraordinaires sous forme d'atelier.

Il existe des enseignants et éducateurs formés et qui réussissent de belles expériences car ils bénéficient d'aides et de plus de liberté. Ceci est vrai notamment dans les ZEP où le contexte social « difficile » pousse l'éducation nationale a sortir des sentiers battus des programmes ministériels en cherchant des nouvelles solutions. 

 

·       Quelle forme vivante en France ?

Les alternatives aujourd'hui en France sont surtout du côté des écoles privées dites alternatives. Quelques écoles en France s'ouvrent aux méthodes pédagogiques Montessori entre autre mais c'est à l'initiative d'enseignants en particulier. Pas mal d'initiatives voient le jour, comme l'Ecole de la Deuxième Chance à Marseille qui donne de très bons résultats (80% d'embauches), également en région parisienne où le peintre Garouste a monté un atelier de peinture pour permettre aux jeunes d'avoir accès à l'art (Association La Source : http://www.associationlasource.fr).

 

·       Comment accélérer le mouvement ?

Partager les expériences sur Internet car beaucoup d'initiatives existent. D'autre part, faisons confiance à la base, aux parents, aux enseignants. N'attendons pas que l'establishment agisse. De plus, n'oublions pas que le travail d'aujourd'hui se continue via le site Internet de l'Université Intégrale sur lequel chacun peut venir partager des documents, des informations et des commentaires. De même avec Face Book. Utilisons ces outils au profit de l'intelligence collective.

 

 

 

Intervenant : Alain Gourhant

SYNTHESE  DU 13 JANVIER 2009

Intervenant : Alain Gourhant, psychothérapeute intégratif, ayant passé quelques années à l'éducation nationale.

 L'éducation vue à travers la grille de lecture de Don Beck et sa spirale dynamique

Pour mémoire, c'est une spirale à 8 spires qui synthétise  et simplifie la théorie de l'évolution selon Ken Wilber. Chaque spirale représente un âge d'évolution de la conscience (un Mème) avec des valeurs collectives et individuelles caractéristiques :

l Turquoise/ Intégral : vision holistique, universelle, globale capable d'unification grandiose. Ordre universel basé sur la conscience et non plus sur des régles. Avénement de la pleine conscience non-duelle.

l Jaune d'or/ Intégratif  (20 ans) : capable de relier, de connecter, d'unifier tous les niveaux précédents par la vision intégrative : transcender et inclure.

l Vert / sensible, pluraliste, communautaire, égalitaire (150 ans) défense des exclus et des minorités, multiculturalisme, postmdernisme, relativisme.

l Orange/rationnel et individualiste (400 ans) : émergence de la culture scientifique et technique. Culture d'ingénieurs, de techniciens et de marchands. Le maître mot = combat contre la nature et liberté individuelle de l'entrepreunariat . Très efficace : l'être humain sort de la famine et de l'inconfort. Importance de la liberté individuelle, de la démocratie.

l Bleu/Autoritaire, mythique et normatif (5000ans): freine l'ardeur guerrière = hiérarchie, absolutisme

l Rouge/ impulsif, egocentrique  (10 000ans) : l'homme découvre sa force, acte du « je », féodalité,  début de l'ère agraire et conquête du territoire.

l Violet/Animiste, Magique, chamanique (50 000ans)

l Beige/archaïque, instinctif (100 000 ans)

Il y a une grande rupture de conscience entre le Mème Vert et le Mème Jaune d'or : l'individu ne perçoit plus la réalité par rapport au moi et son système de valeurs personnelles,  mais par rapport à un Tout, qui transcende et inclut les différences.  En ce sens, la voie intégrative et intégrale est un pas énorme vers l'Unité, la Reliance et l'Amour.

Nous nous situons aujourd'hui dans une période de crise généralisée,  puisque le système Orange dominant s'écroule. Nous sommes dans une transition, avec un système Vert important (40% de la population) en guerre contre l'Orange depuis longtemps, avec le primat du subjectif (reprendre contact avec soi), le pluralisme (pas de norme universelle contraignante comme à l'éducation nationale par exemple, avec un programme pour tous) et la défense des exclus de plus en plus nombreux.  De plus, le Jaune d'or  intégratif, au tout début de son apparition,  n'arrive pas encore à s'imposer pour relier  les éléments de l'évolution en guerre et proposer un nouveau système plus harmonieux.
C'est très net dans l'Education nationale représentative du même Orange et du Même Bleu (pour son caractère très normatif et son organisation hiérarchique pyramidale), en proie à de multiples convulsions périodiques dues au même Vert très répandue dans la jeunesse, mais qui n'arrive pas à trouver une solution satisfaisante, intégrative.

Pour expliquer la différence entre « intégratif » et « intégral », Alain, qui se réclame de l'esprit intégratif et pratique la psychothérapie intégrative, termine par quelques critiques au sujet  de la théorie intégrale de Ken Wilber. Pour lui, le Tout (l'intégral) n'est pas accessible par la pensée, l'intellect, la philosophie. Le risque c'est qu'il se transforme en « une usine à gaz » conceptuelle ,trop complexe.  L'accession au Tout se fait par d'autres canaux : la pleine conscience non duelle et  l'Amour, le coeur. Il défend une vision plus contemplative de l'Intégral, tandis que l'Intégratif s'occupant de relier,  d'unifier des parties séparées d'un tout, est plus pragmatique.

Suggestions pour une Education Intégrale, en rapport avec une vision intégrative des multiples dimensions de l'être humain :

·      C'est apprendre à voir le Tout,  de manière pratique, en partant du cœur. Par exemple auprès d'enfants, on pourrait  commencer la journée par «  à qui vais-je faire du bien aujourd'hui ? » l'harmonie du groupe devient plus importante que la satisfaction des désirs du moi.

·      C'est l'enseignement de la vision évolutive , la pluralité des stades de développement de la conscience et sa prise en compte pratique : à qui je m'adresse aujourd'hui ? A un groupe dans le Vert, le Rouge, le Bleu ? Comment s'adaptater  à un groupe dont on a identifié le système de valeurs ? Comment aider chacun à évoluer ? Comment faire émerger l'intégratif ?

·      C'est développer toutes les activités du corps : sports, respiration, relaxation, etc...

·      C'est un travail sur soi-même en profondeur, nécessaire pour tous, sur l'émotionnel  et sa propre violence, venant de son histoire personnelle, archaïque.

·      C'est diminuer l'action du mental en diminuant les programmes actuels et le somme des choses à mémoriser, et en développant la créativité,  l'intuition, en particulier toutes les activités artistiques.

·      C'est ouvrir l'école sur le social, sur son environnement sur le monde, pour apprendre à donner, à aider

·      C'est travailler l'énergétique le plus tôt possible  grâce à des disciplines telles que le yoga, le qi gong, le tai chi, etc

·      C'est ouvrir à l'importance de la dimension  spirituelle :  enseigner toutes les religions, le paganisme,  le chamanisme, le sacré de la Nature…

·      C'est enseigner la  Pleine Conscience : le non duel,  une spiritualité laïque par l'apprentissage de la méditation et de l'ouverture du coeur.

 

Davos Annual Meeting 2009 - Bill Clinton-


A Conversation with Bill Clinton, Founder, William Jefferson Clinton Foundation; President of the United States (1993-2001)

Chaired by
Klaus Schwab, Founder and Executive Chairman, World Economic Forum